• Margaux Liagre

Actualités : le monde du patinage menacé par des révélations de violences sexuelles

Mis à jour : 18 févr. 2020


C’est la fin de l’omerta dans le monde du sport et particulièrement dans l’univers du patinage artistique. Après plusieurs accusations dans ce domaine, le président de la Fédération française des sports de glace (FFSG) se voit alors menacé.


Sarah Abitbol et son partenaire sur la glace.

Mardi 4 février, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour viols et agressions sexuelles sur mineurs, après avoir analysé l'ouvrage Un si long silence, dans lequel la patineuse Sarah Abitbol accuse son ancien entraîneur Gilles Beyer d'abus sexuels. Didier Gailhaguet, président de la FFSG, est sur la sellette. Il a été reçu lundi 3 février par la ministre des Sports, Roxana Maracineanu pour traiter des récentes révélations sur les violences sexuelles qui touchent le patinage. A la suite de cet entretien, la ministre lui a demandé de démissionner, pointant un "dysfonctionnement général" dans la fédération.


Cette rencontre visait, entre autre, à obtenir des éclaircissements sur le maintien de l’entraîneur Gilles Beyer dans les années 2000, aujourd’hui accusé par plusieurs sportives d’agressions sexuelles et de viol. "Au regard des révélations et des témoignages que j'ai pu recueillir, Didier Gailhaguet ne peut se dédouaner de sa responsabilité morale et personnelle" estime la ministre.


Ces révélations ont été révélées par L’Équipe, dans un dossier de plus de 20 pages sur la fin de l’omerta des violences sexuelles dans le sport. Plusieurs témoignages de sportives accusent alors leurs entraîneurs de violences, agressions sexuelles et même viols. L’Obs a également choisi vendredi d’en faire sa une, avec un entretien de Sarah Abitbol, grande championne de patinage artistique, qui accuse Gilles Beyer de l’avoir violé à 15 ans. Cette dernière a également publié Un si long silence, dans lequel elle décrit les relations sexuelles non consenties que lui a imposé son entraîneur pendant deux ans.


Des révélations accablantes contre Gilles Beyer


Sarah Abitbol brise le silence pour la première fois sur ce qu’elle a subit. Plus de vingt ans après les faits, elle met des mots sur les relations que son entraîneur lui imposait. En 1990, elle fait un stage de 8 semaines à La Roche-sur-Yon dirigé par "Monsieur Beyer". Elle remarque des comportements ambigus, son entraîneur s’allonge sur ses patineuses lors des étirements. Mais la gloire avant tout, alors elle ne dit rien. Un soir, il rentre dans son box, et commence à l’embrasser, s’en suivront les premiers viols. Cela restera un secret. Toutefois, la jeune femme reporte chaque acte sexuel qu’il lui inflige dans un petit carnet, à l’aide d’initiales : "t" pour "touchée", "p" pour "pelotée", "s" pour "sucée", "c" pour "coucher"… La liste sera longue. Pendant deux ans, la championne sera agressée sexuellement, régulièrement et n’importe où.


Pourtant Sarah Abitbol ne peut plus porter plainte aujourd'hui. En effet, bien que la loi de 2018 a allongé de vingt à trente ans le délai de prescription pour les crimes sexuels commis sur les mineurs, elle n’est pas rétroactive et ne concerne donc plus l’ancienne championne de patinage artistique. Cette dernière s’est exprimée sur cette disposition lors d’un entretien avec Léa Salamé diffusé le 30 janvier sur France Inter : "Ça ne doit pas exister qu’on ne puisse pas porter plainte après quinze ans ou trente ans, parce que les faits sont là, notre corps a vécu l’impossible, et ces agresseurs sont toujours dehors et vivent leur petite vie tranquillement".


La controverse autour de Didier Gailhaguet


Le président de la Fédération française des sports de glace est accusé par l’opinion publique, d’avoir maintenu Gilles Beyer au poste d’entraîneur dans les années 2000 alors que les parents d’une patineuse lui avaient fait parvenir un signalement à son égard. L’entraîneur avait alors fait l’objet d’une enquête judiciaire qui n’a pas abouti. Selon la ministre de la Jeunesse et des Sports de l’époque, Marie-George Buffet, l’enquête "concluait de façon très nette qu’il fallait écarter cet entraîneur des jeunes athlètes". Elle affirme également que Didier Gailhaguet "ne pouvait pas ignorer les faits". S’en est suivie une enquête administrative supervisée par le ministre des Sports qui a conduit à mettre fin aux fonctions de conseiller sportif de Gilles Beyer, le 31 mars 2001. Ce dernier avait alors fait l’objet d’une mesure d’interdiction d’exercer auprès de mineurs. Il est finalement sorti des effectifs du ministère, l’enquête administrative établissant des "comportements inappropriés" mais pas d’agression sexuelle.


Ce n’est pas le premier scandale qui occulte la carrière de Didier Gailhaguet, accusé ici d’avoir protégé l’entraîneur. En 2002 déjà, il est soupçonné de triche aux Jeux olympiques de Salt Lake City (USA) avec pour conséquence, une interdiction de toute fonction dans le patinage international pendant trois ans. Deux ans plus tard, il est visé par un rapport de la Cour des comptes qui dénonce les dérives de gestion au sein de la Fédération, ce qui le mène à la démission. Il reviendra à la tête de la FFSG en 2007, pourtant vivement critiqué par sa gestion sportive.


Sa proximité avec l’entraîneur Gilles Beyer vient aujourd’hui le menacer. Aurait-il eu connaissances des agissements de entraîneur ? "Ce qui est sûr, c'est qu'il n'a pas empêché ces agissements. Ils sont très, très proches avec Gilles Beyer. Ils ont toujours été ultra proches. C'est un pote. Il l'a toujours mis dans ses affaires" affirme le champion olympique de patinage Gwendal Peizerat, au micro de franceinfo.

"Didier Gailhaguet est omnipotent dans la fédération. Tout passe par lui. Il sait tout. Qu'il ne sache pas que ça soit allé jusqu'au viol ? Possible. Maintenant, il savait que Gilles Beyer avait des attitudes très discutables vis-à-vis des filles et des jeunes filles" ajoute-t-il.

Ce dernier s’est toutefois défendu et a affirmé avoir découvert les faits d’agressions sexuelles et de viols qui ont sévi dans le monde du patinage dans la presse et le livre de l’ancienne championne Sarah Abitbol.

6 vues0 commentaire

© 2018. Tous droits réservés

    • Twitter - Black Circle
    • Instagram - Black Circle
    This site was designed with the
    .com
    website builder. Create your website today.
    Start Now