• Margaux Liagre

Décryptage : l’action militaire française au Sahel


Lundi 25 novembre, treize militaires français de l’opération "Barkhane" sont morts dans un accident au Mali. Retour sur les différentes opérations que la France et l’international ont pu mener au Sahel depuis plusieurs années.


BENOIT TESSIER / REUTERS

Treize noms viendront s’jouter au monument en hommage aux soldats français morts en mission, en opérations extérieures, inauguré le 11 novembre par le président. Treize militaires français morts suite à la collision de deux hélicoptères au cours d’une opération de combat. "Treize héros morts pour la France" souligne Florence Parly, la ministre des Armées qui s’est rendue dès que possible à Gao, sur la base française de l’opération. Une cérémonie d’hommage national aura lieu ce lundi 2 décembre aux Invalides.


Une opération d’envergure avait été lancée le 22 novembre dans la vallée d’Eranga, dans la région du Liptako (au centre-est du Mali) où sévit l’organisation État islamique au Grand Sahara (EIGS).


C’est dans le cadre de la poursuite de djihadistes et suite à une demande de renfort aérien que l’accident a eu lieu. Bien que les pilotes soient "formés et expérimentés", "il s’agit d’une opération par nuit noire dans des conditions de combat" explique le général François Lecointre.


Cet accident est l’évènement le plus meurtrier du quinquennat pour Emmanuel Macron, le chef des armées.


Une fois l’héroïsation passée, certains politiques ont interpellé le gouvernement sur la pertinence des opérations françaises au Sahel. Des élus proches de Jean-Luc Mélanchon estiment qu’il "est temps d’ouvrir une discussion sérieuse et rationnelle pour envisager les voies de sortie d’une guerre dont le sens échappe désormais à nombre de nos compatriotes et de Maliens eux-mêmes". En réponse, l’exécutif estime que "l’heure n’est pas au questionnement sur le bien fondé ou pas de cette opération, l’heure est au recueillement".


L’Élysée assure qu’il n’est pas question de renoncer à l’engagement des troupes françaises au Sahel. "Il ne faut pas voir cet évènement dramatique comme un élément qui va changer le travail de fond mené depuis des mois au Sahel" estime le gouvernement. Le président avait confirmé et conforté l’engagement de ses troupes mi-novembre après la rencontre du chef de l’État avec les présidents du Tchad, du Niger et du Mali.


"Sans présence militaire […] nous ne pouvons pas garantir le travail indispensable de stabilisation politique et économique" des pays du G5 Sahel, estime Edouard Philippe.


Le Sahel, un enjeu militaire fort


Le Sahel est une zone aussi vaste que l’Europe qui traverse cinq pays : la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. C’est dans cette zone instable que les troupes françaises combattent depuis plusieurs années auprès des soldats burkinabés, nigériens et maliens contre les groupes islamiques (EIGS, Al Qaïda au Maghreb islamique, AQMI) de la zone.


La guerre au Sahel a principalement lieu dans la zone dite des "trois frontières", une zone sans délimitation physique entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger. "C’est aujourd’hui l’épicentre militaire de la crise" explique un officiel de l’armée française.


En 2013, l’opération Serval est lancée le 11 janvier. 1 700 soldats français sont engagés pour arrêter la progression des colonnes djihadistes qui ont pris le contrôle au nord du Mali. Ils opèrent comme un soutien des troupes du pays face à la menace d’une offensive dans la capitale, Bamako.


Le 1er août 2014, l’opération "Barkhane" la remplace et étend l’opération à l’ensemble de la zone sahelo-saharienne, le G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Niger, Burkina Faso et Tchad). 4 500 militaire sont, encore aujourd’hui, déployés sur place. Cette opération constitue la plus grande opération extérieure actuelle française. Depuis 2013, 41 soldats français sont morts au Sahel.


Depuis 2013, l’ONU a mit en place le programme Minusma pour mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali. Cette mission apparaît comme la suite de la mission internationale des États d’Afrique au Mali (Misma) formée par la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao). 13 000 casques bleus sont envoyés sur le terrain, plus de 200 sont morts depuis le début des opérations.


En février 2013 est lancée la mission européenne de formation de l’armée malienne, l’EUTM Mali. 620 militaires des 28 pays de l’UE sont mobilisés et envoyés pour une mission de formation des militaires maliens. Leur but est de remettre sur pied cette armée sous-entraînée et sous-équipée en lui apportant une expertise dans la préparation opérationnelle, le soutien logistique, le renseignement et la formation des unités combattantes sur le camp de Koulikoro.


Son mandat sera prolongé en mai 2018, pour deux ans, et son budget doublé pour atteindre 59,7 millions d’euros. L’opération sera finalement étendue à la formation de la force G5 Sahel.


En novembre 2015, le G5 Sahel décide de créer une force conjointe pour combattre les groupes djihadistes de la région. Ce projet sera réactivé en 2017 face à la dégradation de la situation et l’escalade de violence.


Le président français apporte son soutien au projet, pourtant gangrené par des problèmes de financement, d’organisation et des cas de violations des droits de l’homme par des troupes de cette force conjointe.


Malgré toutes ces opérations, on remarque une dégradation de la situation dans la région. Bintou Keika, secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique a récemment déclaré que "depuis le début de l’année, le Burkina Faso a enregistré 489 incidents contre 150 à la même période en 2018; tandis que le Niger connaissait 118 attaques, contre 69 en 2018".


Les groupes terroristes tels que l’EIGS, l’AQMI ou le GSIM (groupe de soutien de l’islam et des musulmans) ont des capacité d’action au Mali, Niger et Burkina Faso. Le Sahel constitue, pour eux, un terreau favorable dû aux sécheresse et aux rivalités historiques entre éleveurs et agriculteurs.

6 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2018. Tous droits réservés

    • Twitter - Black Circle
    • Instagram - Black Circle
    This site was designed with the
    .com
    website builder. Create your website today.
    Start Now