• Margaux Liagre

Décryptage : l’impact du confinement sur la santé mentale


Rester enfermé chez soi pendant plusieurs jours d’affilée et être coupé de tout contact social pourrait avoir de lourdes conséquences sur notre mental. Le confinement effraie même plus que la maladie qui l’a causé.


"On reste à la maison, faites pareil", NICOLAS TUCAT / AFP

La quarantaine imposée à plus de 500 millions de personnes dans le monde pour lutter contre le coronavirus n’est pas anodine pour le moral. Certaines personnes en ressortiront avec des symptômes de stress post-traumatique, confusion, colère ou anxiété. À long terme, c’est le bien-être psychologique en général qui pourrait être affecté.


Une étude du King’s College de Londres expose les effets d’un confinement pour les personnes qui le subissent et révèle que les effets psychologiques pourraient être durables. L’équipe de scientifique s’est basée sur 24 études consacrées aux effets psychologiques de la quarantaine réalisées dans 10 pays différents lors de précédentes épidémies comme le SRAS, Ebola, la grippe H1N1, le MERS ou la grippe équine.


Le confiné sera alors exposé aux symptômes de stress-post traumatiques, dépression, peur et abus de substances. Le personnel de santé, en première ligne dans la gestion de l’épidémie semblera être le plus impacté.


La durée du confinement est le premier impact sur la santé mentale. Il n’est pas conseillé de dépasser 10 jours. Le manque de biens de premières nécessité mais aussi une mauvaise information des autorités sanitaires sur le but de cet isolement et les directives à suivre peuvent être d’autres facteurs. Cela s’ajoute à la perte financière provoquée par l’incapacité de travailler.


La peur apparaît également. La peur d’être infecté et la possibilité d’infecter les autres quand l’on sort faire ses courses, par exemple. Cela contribue au développement d’une inquiétude amenant parfois à des interprétations catastrophiques des évènements. Les chercheurs préconisent donc aux autorités d’expliquer de manière claire les raisons de ce confinement et de ne pas modifier sa durée au cours de cette dernière, au risque d’entraîner des impacts importants sur la santé mentale.


L’ennui et l’absence de routine ainsi que la réduction des contacts physiques et sociaux peuvent se révéler néfastes. Un sentiment de frustration et d’isolement peut naître de cette situation et est souvent vécu comme pénibles par les personnes confinées.


L’enquête montre donc que l’impact psychologique dû à un confinement peut être vaste, substantiel et pourrait durer longtemps. En effet, priver les gens de leur liberté d’aller et venir et de leurs interactions sociales doit être traité avec soin. Afin de rendre efficace cette quarantaine, les autorités doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour rendre cette expérience aussi supportable que possible. La communication et l’information sont donc primordiales en cette période.


Une autre enquête portant sur le degré de détresse psychologique de la population chinoise suite à l’épidémie de covid-19 était également publiée dans la revue General Psychiatry révèle que 35% des répondants (plus de 52 000 réponses) sont victimes d’un stress psychologique modéré et pour 5,14% d’entre eux un stress sévère.


Les femmes présenteraient un plus haut degré de détresse psychologique que les hommes. L’étude révèle également que ce stress touche davantage les individus âgées de 18 à 30 ans ou ceux de plus de 60 ans. Cette détresse est, logiquement, plus élevée dans l'épicentre de l’épidémie.


Les recommandations pour diminuer les effets du confinement


Les scientifiques recommandent de prêter une attention aux besoins spécifiques des groupes vulnérables (jeunes de 18 à 30 ans, personnes âgées et travailleurs migrants) et de mettre en place des services de soutien et d’accompagnement tels que ceux mis en place lors de catastrophes naturelles par exemple. Déployer des interventions ciblées sera également efficace pour réduire le stress psychologique et prévenir les problèmes de santé mental ultérieurs.


Certains demandent la mise en place de numéros verts pour réduire l’isolement, notamment des personnes âgées et un numéro vert animé par des professionnels de santé pour répondre aux questions des personnes qui ont des symptômes qui les inquiètent et rassurer la population. Créer des groupes de soutien et d’échanges en ligne sur le vécu d’expérience du confinement réduirait l’ennui et le sentiment d’isolement social.


Enfin, remercier et encourager les personnes en situation de confinement permettrait de renforcer l’adhésion et l’observance des mesures de confinement tout en informant sur les mesures de prévention.

17 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2018. Tous droits réservés

    • Twitter - Black Circle
    • Instagram - Black Circle
    This site was designed with the
    .com
    website builder. Create your website today.
    Start Now