• Margaux Liagre

De plus en plus de dauphins s’échouent sur la côte Atlantique


Dauphins en mer

Depuis janvier, plus de 600 dauphins qui ont été retrouvés échoués sur les côtes du Golfe de Gascogne. Ce phénomène n’est pas récent, selon Olivier Van Canneyt, biologiste à l’Observatoire Pelagis, "connu depuis plus de vingt ans", est "constant chaque hiver", mais qui s'est surtout "intensifié ces quatre dernières années".

Ce chiffre s’explique par la pêche dans cette zone. En effet, plus de 200 000 dauphins se réfugient dans le Golfe de Gascogne chaque hiver pour se nourrir. C’est pendant cette même période que la pêche bat son plein. Les deux ne font pas bon ménage.

Des dauphins pris dans les mailles des filets.

Les principaux responsables de ces décès sont les chalutiers pélagiques, qui remorquent un immense filet en forme d’entonnoir, ainsi que les filayeurs, qui eux, déposent des filets sur le fond et les relèvent quelques heures plus tard. Cependant en plus des bars et des merlus initialement pêchés par ce type d’embarcations, beaucoup de dauphins sont pris au piège.

En effet, plus de 80% des dauphins retrouvés échoués sur les plage sont morts en mer, suite à une capture accidentelle par les pêcheurs. On peut facilement observer des traces de filet sur leurs nageoires et leur corps. Certains ont même la queue coupée, seul moyens des pêcheurs de les délivrer des mailles des filets. La plupart du temps, ils meurent asphyxiés avant d’être relâchés, morts, à l’eau.

Sur la plupart des dauphins étudiés, l’estomac était rempli de poissons, ce qui vient confirmer qu’ils étaient venus se nourrir dans cette zone de la côte Atlantique.

Un phénomène qui menace l’espèce.

"Nous devons trouver des solutions rapidement car lorsque nous observerons une diminution de la population globale des dauphins dans cette zone, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, il sera trop tard", prévient Olivier Van Canneyt. En effet on sait aujourd’hui que "cet animal se reproduit peu, une femelle donne naissance à quatre ou cinq jeunes tout au long de sa vie."

Certaines solutions ont déjà vu le jour, comme Pinger. Ce répulsif acoustique est désormais utilisé pare l’organisation de producteurs Les Pêcheurs de Bretagne, depuis peu. Par l’émission d’ultrasons, cet appareil cylindrique éloigne les dauphins loin des navires. Toutefois cette solution n’est pas adapté aux filayeurs. Il serait en effet trop laborieux d’équiper des millers de kilomètres de filets de ces appareils. De plus, la multiplication de Pinger pourrait entrainer de nombreuses zones d’exclusion de cétacés.

L’Union européenne tente de mettre en place, elle aussi, des solutions pour lutter contre ce phénomène. C’est le projet Licado (Limitation des captures accidentelles de dauphins) qui souhaite développer un système répulsif acoustique adapté à tous types de bateaux et respectueux de l’environnement.

La pêche ne menace donc pas uniquement les poissons mais d’autres espèces marines qu’il faut préserver avant qu’il ne soit trop tard.

Article sur la pêche thonière, résumé de Cash Investigation:

https://margauxliagre.wixsite.com/mybetterearth/tous/cash-investigation-dénonce-les-dérives-de-la-pêche-industrielle


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2018. Tous droits réservés

    • Twitter - Black Circle
    • Instagram - Black Circle
    This site was designed with the
    .com
    website builder. Create your website today.
    Start Now