• Margaux Liagre

Grande America: quand le pétrole envahit les côtes françaises et menace les espèces


Ce navire italien a pris l’eau le 12 mars, au large des côtes de Gascogne. Bien que l’équipage ait été sauvé, les conséquences sont lourdes. Dès le 14 mars, une pré-alerte est lancée par la préfecture de Gironde pour avertir de la possible fuite des couches d’hydrocarbures que transportait le navire. Des moyens de dépollution ont été mobilisés pour amoindrir les effets des nappes d’hydrocarbures se dirigeant vers les côtes françaises.

Une cargaison inquiétante


Le navire transportait selon un rapport, 1 050 tonnes de matières dangereuses qui se retrouveront, pour la plupart, dans la nature. L’inventaire fait état de 85 tonnes d'hydrogénosulfure de sodium utilisé notamment dans l'industrie du cuir, 62 tonnes de résine, 16 tonnes de substitut de térébenthine (White Spirit), 720 tonnes d'acide chlorhydrique, 25 tonnes de fongicides ou 9 tonnes d’aérosol ainsi que 5 conteneurs de lubrifiants, 2 tonnes de pneus, 18 tonnes d'engrais ou encore 24 conteneurs d’acier, matières considérées comme dangereuses. Mais le cargo transportait aussi des véhicules: plus de 2 100 véhicules à son bord, dont 190 poids lourds, 22 bus ou 64 engins de chantier.

Depuis le naufrage du Grande America, une équipe visant à dépolluer les alentours a été déployée. Neuf bateaux sont mobilisés dont le VN Partisan situé à proximité de l'épave, et les huit autres navires, dont l'Argonaute et quatre navires espagnols, qui se concentrent sur les galettes de fioul qui se sont dispersées dans l’océan.

Cependant l’arrivée d’amas de fioul lourd sur le littoral n’est pas écartée, mais pas attendue avant dix jours.

Des oiseaux mazoutés retrouvés



À Hendayes et Messages, deux oiseaux recouverts de pétrole ont été retrouvés et analysés. Le résultat est sans appel: le polluant qui a contaminé les oiseaux provient bien du cargo disparu en mer début mars. L’un d’eux a perdu la vie, l’autre est toujours vivant. Pour Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue de protection pour les oiseaux (LPO), interrogé par franceinfo, il y aura d'autres oiseaux victimes de cette pollution. « Il y a une énorme mortalité qu'on ne voit pas encore, parce que les oiseaux vont sombrer avant de toucher les côtes ». Cependant le nombre total d’animaux touchés par ce phénomène reste flou: certains ont été retrouvés sur les côtes basques ou espagnoles tandis que d’autres ont pu se cacher pour mourir.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2018. Tous droits réservés

    • Twitter - Black Circle
    • Instagram - Black Circle
    This site was designed with the
    .com
    website builder. Create your website today.
    Start Now