• Margaux Liagre

Portrait : Megan Rapinoe


Megan Rapinoe est une joueuse de football internationale américaine, connue pour être milieu de terrain offensif lors de ces matchs. Elle s’est récemment illustrée lors de la Coupe du Monde, en France. C’est lors de cet évènement qu’elle s’est davantage fait connaître du grand public, notamment français.


Megan Rapinoe lors de son discours devant la mairie de New York, après la victoire de son équipe.

Son parcours professionnel


C’est en 2002 que Megan Rapinoe commence sa carrière de footballeuse en intégrant jusqu’en 2005 l’Elk Grove Pride au sein de la Women’s Premier Soccer League. Elle attire l’attention dès ses débuts en marquant pas moins de 25 buts en 4 saisons seulement.

C’est en 2004 que la jeune femme participe à sa première Coupe du Monde, dans la catégorie des moins de 20 ans. Certains journalistes considèrent ces apparitions comme les plus notables de son début de carrière. C’est cette même année que Megan Rapinoe intègre, jusqu’en 2008 l’équipe universitaire des Portland Pilots.

En 2006, elle intègre l’équipe nationale sénior américaine et s’illustre en marquants de nombreux buts, comme lors de Coupe du Monde, contre la Chine en 2006 et contre la Colombie en 2011. En 2009, suite à la création de la Women’s professionnel soccer, l’équipe nationale de football féminin, elle est la deuxième joueuse sélectionnée et à entrer dans l’équipe.

Trois ans plus tard, Megan Rapinoe fait partie de l’équipe de football américaine sacrée championne olympique lors des JO d’été à Londres. En 2013, la joueuse intègre durant 6 mois l’équipe française de l’Olympique lyonnais, mais suite à un désaccord avec l’entraîneur, elle préfère se tourner vers le Seattle Reign FC. Cette même année, elle est élue meilleure joueuse de l’Algarve Cup grâce à sa victoire face à l’Allemagne.


Megan Rapinoe fait partie de l’USNWT, l’équipe de football américaine féminine. Cette équipe reste l’une des plus réputées dans le football féminin et a été sacrée championne olympique en 2012, et championne du monde à quatre reprises dont 2019. En octobre 2018 la joueuse été nommée parmi les 15 prétendantes au premier Ballon d’or féminin de l’histoire du football.


La dernière Coupe du Monde s’ajoute donc au palmarès de l’équipe. C’est lors de cet évènement que Megan Rapinoe s’est fait remarquer en tant que co-capitaine et a été considérée comme co-meilleure buteuse (avec 6 buts). Elle s’est notamment démarquée lors des 8èmes de finale, contre l’Espagne en marquant sur penalty deux buts qui ont assurés la victoire à l’équipe. Lors des quarts de finale, contre la France, la joueuse s’est illustrée en marquant deux buts (dont un penalty. Pour finir, c’est elle qui a ouvert le score lors de la finale contre les Pays-bas en marquant un but à la 61ème minute. Megan Rapinoe a été désignée par FIFA comme la meilleure joueuse de ce tournoi.



Un engagement sans faille

Megan Rapinoe a su se servir de l’impact que lui procure son titre et la joueuse a décidée de le mettre au service des causes qui lui tiennent à coeur.

La jeune femme a toujours défendu l’égalité hommes/femmes, très rare dans son milieu. C’est pour cette raison, qu’avec 27 autres joueuses, elle a traîné en justice la Fédération américaine de football afin de demander l’égalité de traitement entre les footballeuses et leurs homologues masculins.

Selon Le Monde, la joueuse a "fait de la responsabilité individuelle un devoir pour changer non seulement la politique des États-Unis, mais aussi sa vie et son rapport aux autres, au monde." Cette ouverture d’esprit porte un message fort : il n’est pas nécessaire de rentrer dans les rangs face à ce que l’on pense immuable, parce que c’est la règle. Ainsi, Megan Rapinoe ne se contente pas d’apparaître comme une simple joueuse de football, sans avis sur les questions sociétales et politiques, et prend clairement position contre la politique de Donald Trump.


En effet, au lendemain de leur victoire mondiale, Megan Rapinoe a fait savoir, au nom de toute l’équipe américaine qu’elle refusait d’être reçue par le président américain. Elle refuse que ce dernier récupère son succès en liant un lien avec son équipe victorieuse. "Je n’irai pas et je crois que toutes les membres de l’équipe à qui j’ai parlé explicitement de cela n’iront pas" s’est elle exprimée. Par la suite, la joueuse a évoqué de nombreux désaccords profonds avec le prédisent américain, notamment sur sa définition de la citoyenneté américaine, dont il serait l’unique reflet.

Homosexuelle revendiquée dans une équipe qui ne fait aucune distinction de couleur, d’origine et d’orientation sexuelle, Megan Rapinoe s’est imposée, depuis la victoire, comme une porte-parole des droits des femmes et de la communauté LGBT ainsi qu’un soutien pour les minorités.

"On a tous les cheveux roses et violets, on a des tatouages, des dreadlocks. On a des filles blanches, des filles noires et tout ce qu’il y a entre les deux. Des filles hétéro, des filles gay. C’est un honneur absolu d’avoir été co-capitaine de cette équipe sur le terrain. Je n’aimerais être nulle part ailleurs, pas même dans la course à la présidence" a clamé la joueuse lors d’un discours rassembleur, presque politique, devant la mairie de New York à la suite du défilé Canyon of Heroes. Lors de ce défilé de l’équipe victorieuse, certaines pancartes des supporters affichaient "Rapinoe 2020" en référence à l’élection présidentielle américaine qui aura lieu l’an prochain.

Sur le plan politique, bien que la joueuse ait refusé l’invitation de Donald Trump, elle s’est dit prête à débattre sur de nombreux sujets avec des membres du Congrès comme les droits des femmes, la communauté LGBT ou encore les minorités. Megan Rapinoe en a profité pour s’adresser au président américain : "Votre message exclut les gens. Vous m’excluez. Vous excluez les gens qui me ressemblent. Vous excluez les gens de couleur. Vous excluez… des Américains qui vous soutiennent peut-être ! […] Lorsque vous dîtes qu’il faut rendre sa grandeur à l’Amérique, vous vous référez à une époque qui n’était pas grande pour tout le monde."


Toutefois Megan Rapinoe ne fait pas l’unanimité et est souvent la cible de critiques, voire de propos haineux. Visiblement la joueuse dérange. À New York, plusieurs affiches publicitaires de la campagne Nike avec la joueuse comme egérie, ont été vandalisées et baguées de propos homophobes. La police locale NYPD a qualifié cet acte de "crime de haine" et s’inquiète de leur nombre grandissant (+ 64% en 2018).



"Il y a eu tellement de controverses au cours des dernières années. J’en ai été la cible, j’en ai été à l’origine. […] Mais il est temps de se rassembler. […] Nous devons nous améliorer. Nous devons aimer plus, haïr moins. […] C’est notre responsabilité de rendre ce monde meilleur" a commenté la joueuse lors de son discours devant la mairie de New York.

Une dernière polémique a mis Megan Rapinoe sous le feu des projecteurs. Le 10 juillet, alors qu’elle a reçu le prix de la meilleure équipe de l’année pour sa prestation au mondial 2019, sa tenue a été vivement commentée et décrite comme trop sexy. Une partie de la poitrine de la joueuse aurait été aperçu, provoquant de nombreuses remarques sur les réseaux sociaux.

14 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2018. Tous droits réservés

    • Twitter - Black Circle
    • Instagram - Black Circle
    This site was designed with the
    .com
    website builder. Create your website today.
    Start Now